• Agrigente, Sicile (3)

    (Agrigente 1   -   Agrigente 2)

    La Voie sacrée qui mène de temple en temple, au milieu des oliviers, sur sur cette longue arrête pierreuse et ocre, dominant la mer, est longée par  la muraille fortifiée qui ceinturait l’endroit sur une douzaine de kilomètres.

    On peut encore y voir les tombes creusées dans la roche:muraille

    remparts.jpg

     

    Le temple de Zeus:

    Ce temple aurait été un des plus grands temples doriques de l'histoire, avec sa taille de 112 mètres sur 56. Ses colonnes de 20 m de hauteur alternaient avec des statues colossales, les atlantes ou  Télamons, immenses représentations de l’homme qui donnaient l’impression de soutenir l’entablement du temple.

    Malheureusement, le pillage par Carthage a interrompu sa construction.

    C’est ironiquement, pour célébrer la victoire d'Agrigente, environ un siècle plus tôt, vers 480 av JC, sur les même carthaginois à Himéria, que la construction de ce temple avait été décidée.

    Ce temple n'est que ruines, un tremblement de terre le détrusit entièrement alors qu'il n'était même pas achevé.

    Le temple de la Concorde:

    Concorde.jpg

    Construit vers 430 av JC, c'est, comme on peut le voir sur les photos, un des temples helléniques les mieux conservés et il rappelle, pour celles et ceux qui connaissent, le temple d’Héphaïstos à Athènes.
    En réalité, on ne sait pas vraiment à qui était dédié ce temple: son nom, «temple de la Concorde» lui vient d’une inscription latine découverte dans les environs: les habitants d'Agrigentum y mentionnaient  la Concordia.

    Lui aussi était recouvert de stuc peint, très résistant. Mesurant 39,44 m sur 16,90, il comporte 34 colonnes érigées sur un soubassement de quatre gradins: 6 sur la largeur et 13 sur la longueur.
    Converti en basilique chrétienne au VIe siècle par l'évèque Grégoire, sa structure avait été renforcée à l’occasion et c'est la raison pour laquelle il nous est parvenu en si bon état. Ce n'est qu'en 1788 qu'il a retrouvé son statut de trésor archéologique.

    L'espace intérieur du temple était, comme pour celui d'Héra et celui d'Héraclès, divisé en trois pièces. La pièce centrale, cella, était précédée d'un vestibule, pronaos, et suivie par l'opistodome, espace postérieur. Des escaliers donnat accès au toit partaient de la cella.

    Sur la roche affleurant à l'ouest du temple, s'étend la nécropole paléo-chrétienne (III°-VI° s. après JC) liée à la transformation du temple en basilique. C'était un caste ensemble de sépultures à ciel ouvert ainsi qu'une grande catacombe.
    tombes1.jpg   tombes2.jpg
    Sur le plan architectural les constructeurs eurent recours à divers "trucages optiques" courants : les colonnes sont amincies vers le haut pour les rendre illusoirement plus grandes, elles sont regonflées un peu vers les 2/3 pour neutraliser l’effet d’amincissement; les colonnes en bordures des façades sont légèrement inclinées vers le centre du chapiteau pour éliminer l'effet de divergence. Ainsi une observation du temple de face, à une certaine distance, donne l’illusion d’un parallélisme parfait. 

    De-face.jpg

    Ce n'est qu'en 1788 que le temple de la Concorde a retrouvé son statut de trésor archéologique après que le prince Torremuzza eut fait ôter toutes les structures tous les signes appartenant à l'édifice chrétien.
    Je laisse Maupassant vous décrire les sentiments que l’on peut ressentir devant cette vallée des temples:
    «...On reste à rêver devant ces admirables souvenirs du plus grand des peuples artistes. Il semble qu'on ait devant soi l'Olympe entier, l'Olympe d'Homère, d'Ovide, de Virgile, l'Olympe des dieux charmants, charnels, passionnés comme nous, faits comme nous, qui personnifiaient poétiquement toutes les tendresses de notre coeur, tous les songes de notre âme, et tous les instincts de nos sens.

    C'est l'Antiquité tout entière qui se dresse sur ce ciel antique. Une émotion puissante et singulière pénètre en vous, ainsi qu'une envie de s'agenouiller [...] devant ces restes laissés par les maîtres de nos maîtres. »

    Je vous remercie de me suivre dans mes pérégrinations en Sicile, mais je vais vous faire une confidence, je ne suis pas allée PARTOUT, je n’ai pas TOUT vu... une semaine c’est si court!

    La magie des blogs fait que mon amie EVA est allée en Sicile en Juin et vous trouverez chez elle, merveilleusement racontées et illustrées, des étapes INCONTOURNABLES à ne pas manquer:

    l’Etna

    Catane, 

    Syracuse, (5 articles, cette ville regorge de trésors!)

    Taormina (plusieurs billets également pour cette ville au panorama paradisiaque et aux vestiges si bien préservés)

    Piazza Armerina et la célèbre Villa del Casale qui vous réservera de grandes surprises avec les plus belles mosaïques du monde - 2 articles.)

     

    Prenez votre temps, imaginez vous en vacances, au soleil au bord d'une mer bleue, et laissez vous émerveiller par ces vestiges du passé et par l'âme de la Sicile.

     

    Bonne promenade.

      

     

     

    « Agrigente, Sicile (2)Samedi poésie: Le ballet des heures - Gérard de Nerval »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 19 Août 2011 à 16:30
    apsara

    c'est vraiment magnifique,ce genre d'endroit me fascinera toujours!

    beezoo

    2
    eva
    Vendredi 19 Août 2011 à 22:27
    eva

    Je te remercie Benissa pour les liens vers mon blog. Je ne sais pas trop comment construire ces articles sur la Vallée des Temples, j'ai pris beaucoup de photos, et j'ai beaucoup de mal à choisir... Les tombes creusées dans la roche ocrée m'ont fascinée, et le point de vue également... Sur place j'étais médusée par ce panorama grandiose... 

    3
    eva
    Samedi 20 Août 2011 à 19:58
    eva

    Je n'ai pas vu la nécropole, ces sépultures à ciel ouvert... je me demande bien comment nous sommes passés devant sans même les voir... Heureusement toi tu les as photographiées !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :