• Corail

    corail

    En Sardaigne,  Alghero est la capitale de la Côte de Corail. 

    Du paléolithique aux indiens d’Amérique, Africains, Chinois, Tibetains... et en revenant aux sources de Mare Nostrum tous les peuples latins ont adulé le corail rouge.
    De tous temps, sur tous les continents, le corail est utilisé en médecine, il sert de monnaie d’échange ou de talisman et de porte bonheur comme en Corse ou on le dépose encore aujourd’hui dans le berceau des nouveaux nés.
    Et surtout, il sert d'ornement sous forme de bijoux.

    Image-12.png

    Depuis la Préhistoire, on a donc récolté autour du Bassin Méditerranéen, le corail rouge, cet "arbre de la mer".

    Et, comme tout ce qui est précieux, il n’a cessé d’exciter la convoitise des hommes qui prenaient de plus en plus de risques pour capturer cet or rouge.
    Chez les romains et les grecs c'étaient des plongeurs qui allaient ramasser le corail, en apnée donc à faible profondeur.On pouvait aussi utiliser des filets qui accrochaient les branches et les cassaient.

    Ces façons de procéder durent jusqu'au Xe siècle où les arabes inventent un engin qui va faire des ravages: la Croix de St-André.
    croix de st andre charpente rivee smallImaginez 2 ou 3 grosses poutres de bois (plus tard elles seront en métal) entrecroisées et lestées qui raclent les fonds marins et qui sont munies de filets pour ramasser tout ce qui a été cassé ou arraché... les fonds sont alors dévastés, les massifs coraliens  ravagés et les poissons qui y trouvaient refuge disparaissent aussi.

    Ce n'est qu'au XVIe siècle qu'une réglementation apparaît pour interdire l'utilisation de ces engins sur de longues périodes. Il en existe encore, très perfectionnés (utilisés par des contrebandiers) mais qui sont interdites dans bon nombre de pays méditerranéens.

    Pour le plus grand bonheur des amateurs de corail, celui-ci est toujours ramassé, mais de façon TRÈS réglementée.

    Un tout petit nombre de pêcheurs-plongeurs sont autorisés, chaque année à récolter un poids bien déterminé de corail afin d'alimenter les artisans-joailliers qui le travaillent et dont la production est vendue dans les boutiques d'Alghero et de la région.


    Image-11-copie-1.png


    "Unique, il porte en lui le magnétisme de la pierre précieuse et le Mystère de la mer. Celui qui touche au corail est pris par le charme. "  
    Geneviève Peres
    « Costumes traditionnelsCARTES DE VOEUX »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Janvier 2010 à 23:09
    AD-Mary44
    merci de nous faire profiter de tes découvertes. 
    2
    Jeudi 21 Janvier 2010 à 18:30
    nicole
    merci beaucoup pour ta carte reçue ce matin je l'a mettrai sur un billet dimanche dans mon blog
    bisous et bonne soirée
    nicole
    3
    Jeudi 21 Janvier 2010 à 20:18
    dalinele
    j'ai "hérité" d'un collier de corail rouge, mais on m'a dit qu'il était "mort" (je ne sais plus si c'est ce mot-là), en tout cas, il n'est qu'un souvenir... je l'aime bien, je l'aimais beaucoup et étant petite, c'était un de mes bijoux préférés pour "jouer à la dame"... mais voilà, maintenant que je suis adulte, je ne porte pas de bijoux!
    4
    Samedi 23 Janvier 2010 à 15:30
    dalinele
    terni je crois... passé.... non, je ne mets rien, surtout pas de fanfreluches.... un rhumatisme au doigt "blessé" m'a même fait retirer mon alliance...
    5
    Mardi 4 Mai 2010 à 09:47
    JACQUELINE/Mina

    je reconnais là nos intérets communs...!!

    bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :