• Francis Dannemark: Les petites voix

    Les Petites Voix (Pocket)

     

    Le personnage principal de ce roman est cette fois une femme. Journaliste traductrice, la voici confrontée professionnellement à un problème: pour un magazine, elle doit présenter le portrait d'un musicien dont la musique vient d'être utilisée pour un film à succès mais sur lequel on ne dispose que de peu d'informations, bien qu'il ait connu son heure de gloire dans le passé.

    C'est presque à une enquête policière qu'elle se livre, pour tenter de découvrir qui est vraiment ce musicien insaisissable dont la musique perdure mais dont on se demande même s'il est vivant!

    Pour cela, elle va rencontrer, non sans devoir les débusquer avec peine, diverses personnes l'ayant connu, de façon à reconstituer, à partir d'anecdotes, de confidences, de révélations,  le profil du personnage. Et se sont ces voix croisées qui vont peu à peu lever le voile sur cet homme qui l'intrigue de plus en plus.

    Autre élément capital pour le comprendre, les disques qu'elle a réussi à obtenir. A distance, par la musique qu'elle écoute, dont elle s'imprègne, Paul Grenz, l'envoûte, la fascine, la séduit, comme nous séduit  la façon dont Francis Dannemark nous tient en haleine tout au long de cette enquête.

    Notre curiosité est aiguisée par ce que nous découvrons de cet être qu'est Paul Grenz: un artiste aux multiples talents et multiples facettes, personnage extraordinaire et contradictoire.

    Mais nous sommes également passionnés par l'importance que prend cette recherche dans la vie de la narratrice et par l'influence que cette quête a sur la jeune femme. Son magazine lui a retiré l'article, mais elle continue néanmoins pour elle-même ses recherches car jusqu'à cerner, mieux que quiconque, la vraie personnalité de Paul Grenz et jusqu'à écrire une  nouvelle dont la teneur est bien plus profonde que ne l'aurait été celle d'un simple article de magazine. Cette recherche, cette volonté de comprendre cet homme lui ouvre des perspectives sur sa propre vie: en cherchant à discerner qui est Paul Grenz, c'est elle-même qu'elle décrypte.

    Le contenu de la nouvelle ne nous est pas révélé, à nous de l'imaginer à la lumière de tout ce que nous avons appris au cours de l'enquête, mais il est si fort et si juste que Paul Grenz auquel un intermédiaire l'a fait lire s'y reconnaît pleinement. Il en est ému et touché. Le lecteur aussi est touché par une sorte de musique intérieure qui nous accompagne tout au long de la lecture de ce roman. La même musique qui se crée lorsqu'on lit de la poésie. Car finalement c'est cela qui s'impose, l'écriture de Francis Dannemark est poétique, simplifiée jusqu'à cette légèreté qui permet de mieux cerner la profondeur des choses. C'est pour cela que demain je vous proposerai deux de ses poèmes. C'est parce que ses textes sont émaillés de phrases, de formules qui sonnent comme des maximes que je vous livrerai dimanche quelques citations extraites de ses romans que j'espère vous avoir donné le goût de lire.

    http://www.francisdannemark.be/

    http://escalesdeslettres.hautetfort.com/

    http://arcamonde.hautetfort.com/

     

     

     

     

    « Steve Jobs n'est plusFrancis Dannemark: Qu'il pleuve »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :