• Francis Dannemark: Qu'il pleuve

    "Du train où vont les choses à la fin d'un long hiver" était le premier roman de Francis Dannemark que je lisais.

    Séduite par l'histoire et par l'écriture, il était évident pour moi d'aller à la découverte d'autres romans pour vérifier si le charme opérerait encore.

    J'ai été confortée dans mes premières impressions, aussi j'ai souhaité vous présenter cet auteur tout au long du week-end, dans mes rubriques Lectures, Poésies et Citations.

     

    Francis Dannemark: Qu'il pleuveQu'il pleuve. (Le Castor Astral)

    Dans ce roman, tout tourne autour d'un roman.

    Un écrivain vient d'en achever l'écriture, sans en être particulièrement satisfait: il n'a même pas encore trouvé de titre! Cependant, une chose insolite se produit: une femme, Ariane, souhaite le lui acheter. 

    Parfait penserez-vous, que souhaiter de plus?

    C'est que Ariane n'est pas éditeur... elle veut acquérir ce roman pour elle seule; elle veut le posséder, comme on possède une oeuvre d'art. Nous, lecteurs, nous ne saurons rien du contenu de ce roman, seul nous importe de savoir qu'il a profondément touché cette femme.

    On peut imaginer que l'écrivain, qui est en même temps le narrateur de l'histoire, y a mis une part de lui-même: est-ce cela qui a ému Ariane? 

    Suite à un échec sentimental et un divorce, on sent le narrateur hésitant à se lancer dans une nouvelle passion amoureuse. Les femmes qu'il côtoie sont des amies et il n'ose jamais avouer ses sentiments à celle qui l'attire.

    Vouant la plus grande partie de son temps à la littérature, il arrive, à un âge que l'on imagine être la quarantaine, à la période où l'on établit un bilan. Avec amertume il constate qu'il n'a rien fait d'autre de sa vie que se consacrer à son écriture. Lorsqu'il relit ses poèmes de naguère, lorsqu'il regarde en arrière, c'est avec nostalgie qu'il constate que sa jeunesse est révolue, et que sans doute, la fraîcheur et l'espérance qui la caractérisent ont sombré avec elle.

    Avec véhémence il rejette la proposition saugrenue d'Ariane, essayant de se reprendre, comme pour ne pas dériver,  au long de cet été étouffant où l'on attend qu'il pleuve enfin!

    Mais Ariane ne s'avoue pas vaincue et en plus du chèque promis, pour convaincre l'auteur d'accéder à sa demande,elle lui livre ses secrets. Elle même est hantée par des incertitudes  sur l'amour qu'elle portait à un homme disparu avec lequel elle a vécu. Est-ce parce que ce livre lui apporte des réponses à ses regrets, à ses interrogations sur son propre passé qu'elle veut offrir ce roman sans titre à cet amour mort accidentellement? 

    Je ne vous dévoile pas si le harcèlement et la détresse d'Ariane finiront pas ébranler notre narrateur, car au-delà de l'histoire, c'est  l'ambiance qui m'a portée tout au long du roman.

    J'aime me laisser submerger par l'atmosphère d'un récit, et l'écriture de Francis Dannemark réussit cela à merveille. Car cette écriture est douce, elle murmure les mots, elle suggère les choses plus qu'elle ne les impose. Tout au long du récit elle nous mène où l'auteur le souhaite, mais en nous laissant apporter nos propres réponses, en nous laissant libres d'éprouver nos propres émotions. Et si parfois ces émotions se révèlent douloureuses, le style feutré, la douceur du ton réussissent à panser nos blessures intimes.

    http://www.francisdannemark.be/

    http://escalesdeslettres.hautetfort.com/

    http://arcamonde.hautetfort.com/

     

     


     

     

     

    « Francis Dannemark: Les petites voixSamedi Poésie: Francis Dannemark »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 7 Octobre 2011 à 17:41

    petit coucou pour te remercier de ta visite

    bonne soirée

    bisous

    2
    Vendredi 7 Octobre 2011 à 22:08

    Ton article donne envie de s'y intéresser à cette histoire! Si on arrive à la quarantaine et qu'il existe une personne qui souhaite acheter une de tes créations pour elle toute seule!...Mais quelle chance! Le rêve de chaque écrivain ou artiste! Le personnage n'a pourtant pas l'air satisfait...étrange...

    3
    BENISSA Profil de BENISSA
    Vendredi 7 Octobre 2011 à 23:32

    @ MEDIADISC: Mais un écrivain ne peut pas imaginer n'être lu que par UNE SEULE personne! pourtant elle lui offre un gros chèque, et il a besoin d'argent... sa vieille maison a besoin de réparations! J'ai l'impression que Franciss Dannemark met aussi beaucoup de lui-mêm dans ses livres.

    Je le lui ai dit... il me semble que cet écrivain dont il parle est un peu le même personnage que celui qui voyageait avec une femme inconnue dans le train... je ne sais pas si tu t'en souviens?

    Il m'a répondu sur mon blog: "Vous avez raison : il y a un lien entre l'homme du "Train où vont les choses..." et celui de "Qu'il pleuve". Il y a à vrai dire un lien entre les personnages de tous mes livres, ils vont et viennent, sous des noms différents, mais ils se ressemblent. Peut-être sont-ils les mêmes, qui évoluent au fil du temps. D'une certaine façon, j'écris par petits morceaux un seul long roman. Plein d'éléments tirés de ma propre vie."


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :