• Samedi poésie: Ce siècle avait deux ans - Victor Hugo

    Pour faire suite à mes billets sur Napoléon...

    sacre

    Napoléon sur le trône impérial

    Jean-Auguste-Dominique INGRES - 1806

    Musée de l'Armée  -  PARIS

    Ce siècle avait deux ans - 1831

    Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte,
    Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte,
    Et du premier consul, déjà, par maint endroit,
    Le front de l'empereur brisait le masque étroit.
    Alors dans Besançon, vieille ville espagnole,
    Jeté comme la graine au gré de l'air qui vole,
    Naquit d'un sang breton et lorrain à la fois
    Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix ;
    Si débile qu'il fut, ainsi qu'une chimère,
    Abandonné de tous, excepté de sa mère,
    Et que son cou ployé comme un frêle roseau
    Fit faire en même temps sa bière et son berceau.
    Cet enfant que la vie effaçait de son livre,
    Et qui n'avait pas même un lendemain à vivre,
    C'est moi. 

    Ce poème d'Hugo est bien plus long. Pour le découvrir dans son intégralité, c'est sur Napoleon.org.

     

     

     

    « "Le monde est une jupe que je désire relever. " - Hanif KureishiCitations Napoléon Bonaparte »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    eva
    Samedi 4 Juin 2011 à 08:56
    eva

    Ah non ! pas Victor ! et pas l'empereur ! Bon week-end Benissa...

    2
    Samedi 4 Juin 2011 à 11:51
    JACQUELINE/Mina

    Et Victor souffrit pour la gloire du seul Empereur,,,,le petit Bonaparte!!! J'avais une passion pour l'Aiglon de Edmond Rostand...et je me souviens de ces vers prononcés par un grognard à l'intention de son pauvre fils.....

    Bonne fin de semaine...et bises ritales!!

    3
    Samedi 4 Juin 2011 à 12:37
    dalinele

    merci pour le résumé, je l'ai lu! j'ai parlé de tes articles à mon népou. merci pour la carte de Russie arrivée ce matin, je la mets sur mon blog la semaine prochaine avec un petit clin d'oeil... tu m'as fait plaisir!

    4
    Dimanche 5 Juin 2011 à 02:33
    mediadisc

    Dans la pose plus que dans les vêtements bien sûr...

    5
    Mardi 7 Juin 2011 à 12:18
    apsara

    la puissance des mots d'Hugo me fait trembler,m'enchante;ce poème est superbe d'une force inouïe!Vraiment cet homme est hors du commun;un demi-dieu !le Verbe!façon de m'exprimer bien sûr!

    bel appétit ma chère benissa

    gros beezoo

    6
    Jeudi 9 Juin 2011 à 11:47
    apsara

    je pense que tu as lu La Légende des siècles,c'est fabuleux;un très fort ego Hugo!et un visionnaire!!!que de dons chez un seul homme comme Vinci et quelques autres!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :