• Syrie: Hama

    1.jpgSur la route entre Apamée et Palmyre, notre prochaine étape, faisons une halte à Hama.

    Hama est située à 200 km au nord de Damas. C'est une ville très ancienne.

    Elle fut le siège d'un royaume florissant et connut toutes les civilisations qui se succédèrent en Syrie depuis les Araméens.

    Cette ville doit sa renommée à ses énormes norias dont elle a l'exclusivité et qui tirent l'eau de l'Oronte pour arroser vergers et jardins.

    L'Oronte est appelé Al- Assi, c'est à dire "le rebelle" car son cours va du sud vers le nord, contrairement à la plupart des fleuves.

     

    La différence d'altitude entre le fleuve et les surfaces à irriguer aux alentours de la ville atteint parfois 70 m.  Les norias s'imposèrent comme le seul moyen de faire "monter" l'eau. Elles sont aussi vieilles que la ville elle même: on a en effet découvert leurs reproductions gravées sur pierre ou leur représentation sur un panneau de mosaïques datant de 469 après J-C.

    2.jpg

    On en compte encore aujourd’hui 17 dans la ville, et de nombreuses autres dans la campagne environnante.

    Ce sont de grandes roues en bois munies de petites caisses qui tournent comme des moulins au rythme du fleuve. Ainsi hissée au sommet de la noria, l’eau se déverse dans un chenal en pierre et coule en pente douce jusqu'aux terres à irriguer.

    La plus grande de ces  roues date de 1361: elle fait 21m de hauteur et possède 120 caissettes.

    Ces vieilles machines ont une beauté rustique et les habitants d'Hama sont très attachés à leur chant régulier qui se poursuit de jour comme de nuit depuis le fond des âges.

    Il paraît que c'est un spectacle féerique que de les observer la nuit depuis le jardin public qui longe le fleuve... mais je n'y suis passée que l'après-midi. Je vous en propose donc une photo trouvée sur le site VISOTERRA:

    med-hama-visoterra-20621.jpg

     Si vous passez par Hama, en plein centre ville, non loin du fleuve, faites une halte à la pâtisserie Afamia pour y déguster des halawat al-jibné. Ces délicieux rouleaux faits de pâte de semoule, farcis de crème de lait parfumée à la fleur d'oranger , parsemés de pistaches hachées et arrosés de sirop au miel sont les spécialités de la ville. Vous vous en lècherez les doigts: parole de grande gourmande!

    Haawat.jpg


     

     

     

    « Portrait de Franck RibéryLettre à D. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Mai 2010 à 08:45
    sandrasbz

    Bonjour,

    Bien sûr, je suis très sensible à la beauté de la ville, à ces roues qui font remonter l'eau du fleuve, à l'ingéniosité des anciens qui ont inventé cette technique... mais mon coeur de gourmande fond devant les pâtisseries (apparemment très sucrées) !

     

    Je te fais de gros bisous et je te souhaite une très bonne journée,

    Sandra 

    2
    Samedi 8 Mai 2010 à 09:52

    Lesrouleaux ont l'air trés appétissants. merci. Bises et bonne journée.

    3
    Samedi 8 Mai 2010 à 12:59

    Super, revoilà la ville et son agitation, ses spécialité culinaire et artisanale avec cette roue ancestrale.

     

    4
    Samedi 8 Mai 2010 à 16:33
    *mamylou*

    La roue tourne !! ont-elles la même utilité qu'il y a 700 ans, car les besoins en eau ont vraiment augmenté depuis. Les halawat j'y goûterais bien. Tu as fait un magnifique voyage. Bon week-end à toi. Bises. babette

    5
    Samedi 8 Mai 2010 à 22:56
    JACQUELINE/Mina

    Je prends des notes!!! (pour les gateaux au fromages =traduction littérale de حلوى الجبن

    t'avais je dit que j'étudie l'arabe?? il était temps...à mon age!!!!

    Bon DImanche Benissa!!!

     

    6
    Samedi 8 Mai 2010 à 23:34
    JACQUELINE/Mina

    Oh oui je le sais!! quand je suis en ALgérie je fais rire tout le monde...car bien sur j'étudie l'arabe littéraire....et c'est coton!!!

     

    7
    Dimanche 9 Mai 2010 à 18:12

    De superbes norias!!!

    Belle soirée

    8
    Lundi 10 Mai 2010 à 19:01
    dalinele

    je ne crois pas que ça serait une bonne idée de manger ces pâtisseries...  ou j'avancerai plus vite à rouler qu'à marcher! les norias, il me semble avoir vu un reportage dans "Thalassa" sur ce sujet, mais pas dans une ville et pas dans ce pays; toujours est-il que je me souviens qu'il y était question de l'entretien nécessaire! un sacré boulot, et bien sûr je pense au conte des babouches...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :